http://malicia13.e-monsite.com VENAIT VOUS NE SERAIT PAS DECUS

COUT GUEULE SUR LA PAUVRETER

 








Accueil
La Banlieue S'exprime
| Accueil | Adhérer |   Accueil   Derniers messages et reactions   Tout  le site par rubriques   Redaction et Admin (mot de passe)






Actualité   ÉLECTION : DROITS ET DÉMARCHES   Abdelkader   Activités   femme   polices









Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !

lundi 29 septembre 2008





dans la meme rubrique...

MAHMOUD , le nouveau Dieudonné, y compris avec son Facebook
"L’appel à la raison" des juifs européens à Israël
Le CFCM condamne les propos de Liès Hebbadj sur la polygamie
La connerie à son extrême : je suis allé voir ce qui pouvait se dire sur le site de la LDJ. J’ai la nausée...
Karachi : « Sarkozy pourrait répondre en tant que témoin »
Mauvaise image d’Israël dans le monde
Caroline Fourest vs Zemmour / Naulleau
Témoignages, intervention policière à Grigny...
Dieudonné évoque l’affaire Zemmour en s’en prenant aux Juifs
Malgré l’"injure raciale", le parquet estime qu’Hortefeux ne doit pas être condamné
Un ordre militaire israélien va permettre la déportation en masse des Palestiniens de Cisjordanie
Peut-on tout dire ? : Dieudonné et Gaccio chez Taddei / Dieudonné et Gaccio sur BFM TV...
Monsieur Sarkozy sera-t’il courageux ?
Paris, 1942. La barbarie nazie est en marche, des Français de confession juive sont traqués dans la capitale...
Pourquoi le Crif veut-il la "peau" d’Esther Benbassa ?



Descriptif/Commentaire LBS : Nicolas Sarkozy a dit qu’il fallait être honnête et rassurer les Français, pour que ceux-ci puissent justement sortir de la peur... De qui se moque Nicolas Sarkozy ?... Celui qui a fait toute sa carrière sur la peur des Français (division)... Pourquoi ne désigne-t-il pas les coupables de cette grosse pagaille financière (ils se protègent tous mutuellement)... Craint-il que son nom fasse partie du lot ?... (LBS)

----------------------------

----------------------------

Les Français ont peur, nous dit le Président Nicolas SARKOZY. Après la peur des banlieues et de l’insécurité physique, voici maintenant la peur due aux finances, celle qui va sans doute permettre au gouvernement de rebondir, de reprendre le contrôle. La peur, toujours la peur, celle qui permet à nos gouvernants de se maintenir aux sommets du pouvoir. Décidément, la peur est le terrain de prédilection de notre Président.

Dans une entreprise privée, lorsque des fautes sont commises, des sanctions sont appliquées proportionnellement au degré de responsabilité des fautes constatées, et à toutes les personnes impliquées. Et si un responsable mettait une entreprise en difficulté parce qu’il aurait pris de mauvaises décisions en matière de gestion, celui-ci serait licencié, congédié. A ce sujet, les fameux parachutes dorés versés à des dirigeants qui auraient minablement et piteusement managé la société, qui les emploierait, est un exemple supplémentaire des perversités d’un capitalisme non plus libéral ou ultralibéral, mais bien d’un capitalisme sauvage, sans foi ni loi, obéissant aux seules règles des affairistes ; soit un capitalisme de privilèges, de passe-droits, d’avantages odieux, offrant aux puissants de la planète toute latitude de tirer les meilleurs profits possibles même lorsqu’ils ont été dans l’incapacité de diriger au plus haut niveau de compétence une société commerciale. Ce capitalisme-là ne peut continuer, ne peut perdurer à nuire aux masses prolétaires vivant, elles, du fruit de leur travail. Ce capitalisme-là est en opposition avec toute éthique, toute morale, tout droit commercial qui doit théoriquement l’accompagner. Ce capitalisme-là nuit à l’homme et met en danger sa survie même.

Dans toute cellule organisée, intelligente, ayant pour fonction d’intervenir dans un quelconque domaine d’activité, dotée d’un règlement approuvé par l’ensemble des acteurs intervenant dans cette structure, des responsabilités sont confiées à ceux-ci, en fonction des compétences inhérentes à chacun. Cette organisation fonctionne selon des règles qui lui sont propres, règles décidées et définies par ses propres acteurs, mais aussi et surtout en tenant compte des lois situées à un niveau supérieur et national, votées par les parlementaires (les représentants du peuple), eux-mêmes élus par les citoyens majeurs de la Nation. Là aussi, lorsque des fautes, des irrégularités sont constatées, les responsables sont tenus de rendre des comptes ; ils sont jugés, sanctionnés et éventuellement renvoyés. La démocratie ne s’improvise pas ; elle est pensée avant d’être mise en application.

Or, dans notre système d’économie de marché, précisément le capitalisme, des fautes sont régulièrement commises par des tricheurs, des profiteurs, des usuriers, des spéculateurs, des voleurs qui profitent des failles d’un système cupide, perfide, par manque de transparence. Et régulièrement les tenants du système, sur le plan politique, social, juridique, médiatique et économique ferment les yeux, enterrent les affaires et dissimulent la vérité au peuple. Que s’est-il passé, par exemple, dans l’affaire du Crédit Lyonnais ? Y a-t-il eu intervention au plus haut niveau de l’Etat pour faire pencher le verdict en faveur de monsieur TAPIE ? Je vous mets au défi de connaître un jour la vérité. Régulièrement nous sommes informés de personnes et personnalités mises en examen pour abus de biens sociaux, détournements de fonds, malversations, etc. Puis, plus rien. Les immunités votées par les élus, visant exclusivement à se protéger eux-mêmes, empêchent les citoyens de connaître la vérité. Eh bien, aux USA, c’est la même chose, mais à une échelle beaucoup plus grande, étant donné la démographie, la superficie et le niveau de technologie atteint par ce pays. Soyez tranquilles, au pays de l’oncle SAM, où le capital est roi, où l’argent coule à flots, les responsables, aisés et fortunés, ne seront jamais inquiétés. Voilà le modèle, voilà l’exemple que notre Président envie aux Etats-Unis d’Amérique et qu’il aimerait bien nous importer. La loi de la jungle ! Il suffit de regarder le 7è art américain, une des formes d’expression la plus libre aux USA, pour comprendre comment fonctionne ce pays, comprendre ses complexités, ses abus dans tous les domaines, mais surtout les injustices qu’il fabrique et qui s’accumulent de jour en jour. Un penseur a dit un jour : « Trop de liberté tue la liberté ». Parce que la liberté elle-même doit être canalisée. Sinon, elle s’égare, mue par sa propre force démultipliée à l’infini.

A l’heure où la France est non pas réformée mais carrément restructurée, réadaptée de fond en comble, et calquée à l’identique sur l’ultralibéralisme outre-Atlantique, je suis, et je ne dois pas être le seul, pris d’un écœurement, d’un dégoût, d’une répugnance, à la vue qu’un système qui a détruit les hommes, ruiné la morale, anéanti la nature, détraqué le climat, méprisé la vie, qui s’est même permis de commercialiser le temps, et tant usé et fait courber les êtres humains au nom du « dieu-profit », ait pu être à ce point idolâtré, aimé, adoré, adulé et convoité par les hommes. Ce système perverti, n’ayant de règles que celles édictées par l’argent, n’est plus viable. Comme le communisme était contraire à la nature humaine par ses doctrines collectivistes, systématiquement égalitaires, centralistes, interdisant les biens et tous systèmes de production privés, le capitalisme devient également opposé à la nature humaine parce qu’il avilit, asservit, écrase et domine l’homme, toujours au nom d’un profit, d’un superprofit, et cela sans jamais trouver de fin, de limite en soi. Le capitalisme « jusqu’auboutisme » est mort. Reste à l’enterrer définitivement avec des funérailles bien gardées : ceux qui, comme moi, auront envie de cracher sur sa tombe seront sûrement très nombreux. Aussi, je vous invite, Françaises et Français, vous qui fûtes souvent les premières et les premiers à montrer la voie du progrès, par la révolution si nécessaire, à venir assister à la cérémonie des obsèques du capitalisme dont les date et heure nous seront, je l’espère, précisées par les bons soins de l’Elysée.

Le « capitalsocialisme », c’est-à-dire une mixité du capitalisme et du socialisme doit pouvoir assurer la relève. Reste à en préciser une définition, des lignes essentielles, un cadre juridique, social et économique. J’ai déjà eu l’occasion, pour ma part, de dire et d’écrire que le XXIe siècle sera celui de la fin du régime capitaliste tel qu’il existe et surtout celui de la fin de la démocratie qui n’est qu’un modèle utopique basé sur une des plus grandes supercherie des temps modernes. Il serait temps, là également, de passer à autre chose. Nous, nous sommes évidemment disposés à nous entretenir avec qui souhaiterait nous entendre et nous écouter.

Car, bonnes gens, dormez tranquilles, aujourd’hui, même parmi les plus éminents spécialistes de l’économie, tout le monde est perdu, dépassé par l’ampleur de la catastrophe. C’est comme si nous avions à faire face à plusieurs tremblements de terre simultanés. Qui pourrait les stopper ? Les perturbations doivent, dans ce cas, s’arrêter d’elles-mêmes. Ensuite, place au bilan, celui des dégâts.

Touhami Moualek,

Pour LBS



Format N&B ?








Synoptique du forum

  • fil 1/11 :
  • > EQUATEUR : Bienvenus dans le « socialisme du 21ème siècle »
    2008-10-01 1820 , par Visiteur

  • fil 2/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-10-01 1544 , par derty

  • rép: touhami moualek
    rép: ric
  • fil 3/11 : > Les dessous de la crise financière ou le retour aux réalités objectives : échec du capitalisme et de l’impérialisme
    2008-09-30 1300 , par Visiteur

  • fil 4/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-30 00:59:15 , par touhami moualek

  • rép: Visiteur
    rép: Visiteur
    rép: ric
  • fil 5/11 : > Crise financière : le hold up du siècle
    2008-09-29 2223 , par Visiteur

  • fil 6/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-29 21:08:03 , par Visiteur

  • rép: poueymiro
  • fil 7/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-29 18:07:04 , par Vadem

  • fil 8/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-29 18:03:44 , par Visiteur

  • fil 9/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-29 17:08:54 , par pach

  • rép: Visiteur
    rép: Pach
  • fil 10/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-29 1639 , par Visiteur

  • rép: Visiteur
    rép: public eye...
    rép: pach
    rép: Visiteur
    rép: giuseppe
    rép: Visiteur
    rép: Visiteur
  • fil 11/11 : > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    2008-09-29 1510 , par public eye...

  • rép: Visiteur
    rép: public eye...
    rép: Visiteur
    rép: ABBAS
    rép: Visiteur
    rép: ABBAS
    rép: Visiteur
    rép: Visiteur


    fil: > EQUATEUR : Bienvenus dans le « socialisme du 21ème siècle »
    1er octobre 2008 , par Visiteur   [Synoptique]

    Le nouvel Equateur, Correa gagne et prévient : « La dette extérieure est illégitime ».

    >>>> Lien


    fil: > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    1er octobre 2008 , par derty   [Synoptique]

    Ah, voilà, les cris alarmants des prédicateurs de l’Apocalypse qui voient non pas une prédiction mais une opportunité de brandir l’étendard du collectivisme (c’est bien ce que vous prônez avec votre capitalsocialisme qui est le Socialisme, disons le franchement). Vous remarquez fort justement que les entreprises privées qui font faillite doivent disparaître, vous constatez donc les vertus du capitalisme qui se régule de lui-même par les crises. A noter que lorsqu’on connaît un tant soit peu l’économie, on sait que les crises ne sont que des problèmes d’ajustement qui ont d’autant moins d’effets dévastateurs que l’Etat se désengage des relations entre agents économiques. Si vous souhaitez pointer du doigt (qui est malpoli, au passage) les coupables, regardez du côté de la FED, de l’Etat et du corporatisme américain (corporatisme qui n’est pas libéralisme) et vous verrez que ce sont les coupables qui se présentent comme des sauveurs. Pour atteindre cette lucidité, il faudrait évidemment laisser de côté votre antisémistisme pathologique, votre culte de la victimisation qui vous permettent sans cesse d’accuser autrui (le blanc au nez crochu) de tous vos problèmes et d’appeler à l’idéologie de mort qui colle à ce qu’il reste de neurones aux autoproclamés intellectuels >> j’ai nommé le "socialisme". Bref, rien d’étonnant que les prédicateurs de mort refassent surface dans ces moments de doute généralisé afin d’établir leur totalitarisme seul capable d’assurer le bonheur tous sans effort.

    Vive la liberté !!


     

    • > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
      2 octobre 2008 , par touhami moualek
        [Synoptique]

      Bonjour Derty.

      D’abord, je suis aussi un enfant de SEM. Comment pourrais-je être antisémite ? Cela tourne à la paranoïa, voire à la psychose. Dans l’article ci-dessus, dites-moi où je parle des Juifs ? Mais passons, ce serait perdre son temps...

      Ensuite, vous criez : Vive la liberté ! De quelle liberté parlez-vous ? De celle qui permet aux riches et aux puissants d’avilir les pauvres et les misérables au nom de l’argent ? A moins que vous ne pensiez être en démocratie. De quelle démocratie parlez-vous ? Celle que vous prônez et qui n’obéit qu’aux règles du capitalisme ultralibéral ? La démocratie est l’esclave du système capitaliste. Les financiers ont depuis belle lurette pris le pas sur les politiques. Les financiers utilisent et se servent de la démocratie à des fins de commercer et de gagner beaucoup d’argent. Le bonheur des hommes, ils s’en fichent royalement.

      Dites-moi, cher Derty, pourquoi l’État américain qui se prétend être l’État le plus juste, le plus civilisé et le meilleur modèle au monde, n’est pas intervenu lorsque des millions de foyers (avec enfants, femmes et hommes) ont été jetés à la rue au nom de votre système libéral, petit joyau démocratique ?

      Dans « capitalsocialisme » terme que j’ai utilisé, il y a : capital et social. Cela veut dire monsieur, qu’un système capitaliste, dit économie de marché ou encore commerce libre, qui ne comporterait pas des « verrous » sociaux entraînerait les hommes vers des cupidités, des tricheries, des abus et des excès les plus ignobles en matière de profit et d’exploitation de l’homme par l’homme.

      Et quand je vois les efforts déployés par des hommes politiques de droite (Républicains et « UMPtistes » notamment), ceux qui à longueur d’année nous disent qu’il faut moins d’État partout, alors oui, j’ai envie de vomir. Pourquoi ? Parce que ces gens-là, monsieur, s’ils sont si réactifs et agissent si vite, c’est simplement parce qu’ils veulent avant tout sauver leurs places et donc leur beau modèle de société. Ce n’est pas mon modèle et c’est apparemment le vôtre !

      Voyez le lien ci-dessous ; je vous recommande le chapitre sur le capitalisme, article écrit le 13 septembre 2007 : il y a un an !

      De quelle liberté parlez-vous ?

      Touhami Moualek


    • > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
      2 octobre 2008 , par ric
        [Synoptique]

      quelles vertues du capitalisme ? parce que les entreprises qui sont en faillites devraient effectivement disparaitre quand on le conçoit d’un point de vue liberal. hors c’est tout le contraire qu’il sagit. les chantres du liberalisme qui pronent depuis des années la fin de l’interventionnisme de l’etat,(bien sur quand il sagit de faire des profit juteux),réclament et implorent le secour de l’etat (bien sur quand ils perdent). il suffit de voir comment ils étaient suspendu a la decision de la chambre du congrés, pour que le plan paulson soit adopté. et pourtant ces adeptes de friedman qui pronent la fin de la banque centrale, réclame des milliars de celle ci quand cela les arrangent quand au coupable de la fed ce sont des représantants du systeme liberal qui demandaient a celle ci d’approuver leurs "magouille". liberaux quand il sagit de mettre des milliers de gens dehort,de liquider les politiques sociale en matiere de santés,de logement. mais ils deviennent socialistes(voir marxistes) quand ils faut sauver les "soldats midas" de la misere.des fois qu’ils soient obligés de vendre leurs yachts et hotels particuliers. mais la ou vous avez raison c’est que ces crises sont intrinsèque au capitalisme.ce qui demontre la pertinence de l’analyse de marx

      l’ideologie de mort ne serais ce t’elle pas ? celle qui tue des centaines de millier d’irakiens. celle qui tue des millions de personnes par la famine,due par le fait de la speculiation sur le blé et céréales."l’accumulation crée la misere" marx

      marchander et s’enrichir sur la mort de millions de personne,comment appellez vous cela ?

      si ce capitalisme doit se réguler,alors qu’il le fasse,et qu’il cesse de vouloir de l’aide du contribuable,deja étranglé par les bas salaires.

      " le propre des doctrinaires c’est qu’ils font le contraire de ce qu’ils preconisent" marx


    fil: > Les dessous de la crise financière ou le retour aux réalités objectives : échec du capitalisme et de l’impérialisme
    30 septembre 2008 , par Visiteur   [Synoptique]
    La crise... tout le monde en parle. Mais les explications sont souvent incomplètes, fumeuses ou de mauvaise foi. La vérité, c’est qu’au fond, les USA sont ruinés. Ils paient avec retard les frais de leur politique guerrière agressive sans effet économique positif (au contraire !). Acculés les USA exportent le coût de ces guerres de de ce surarmement. Lien

     

    fil: > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    30 septembre 2008 , par touhami moualek   [Synoptique]

    Nous venons de l’apprendre : le Congrès américain (l’équivalent de l’Assemblée Nationale en France) vient de rejeter le plan d’aide d’urgence aux banques américaines en faillite. Ce plan prévoyait une aide de 700 Milliards de dollars en faveur des banques américaines en difficultés.

    Il semblerait que ce soient les républicains qui majoritairement ont rejeté ce plan. Leur message est clair : « Nous sommes dans un système libéral, les sociétés en faillite n’ont qu’à déposer le bilan. Ce n’est pas à l’État d’intervenir dans des capitaux privés » Et force est de constater que dans l’esprit du capitalisme libéral et ultralibéral, ces républicains ont entièrement raison. La Maison Blanche doit donc revoir sa copie et repasser devant le Congrès.

    Nous apprenons également que cette crise capitaliste commence à avoir des effets directement en Europe (France, Hollande, Belgique, Luxembourg). Les États européens, comme en Amérique, ont, semble-t-il, décidé d’intervenir également de façon massive pour sauver les meubles.

    Ces interventions en Amérique et en Europe obligent l’État à nationaliser ou à reprendre une part importante dans le capital des banques et assurances concernées. Alors que le rôle de l’État est ailleurs. En effet, il vaut mieux prévenir que guérir.

    Mais dans ces systèmes opaques, corrompus et livrés aux requins financiers, que pouvions-nous attendre d’autre ? Eh bien, ces financiers sans scrupules ont fait ce qu’ils avaient à faire : s’en mettre plein les poches et s’en aller en laissant derrière eux de lourdes ardoises !

    Le pire est certainement encore devant nous ! Une fois de plus, les gens d’en bas vont payer les pots cassés et les dégâts causés par les gens d’en haut.

    Touhami Moualek


     

    • > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
      30 septembre 2008 , par Visiteur
        [Synoptique]

      Mais dans ces systèmes opaques, corrompus et livrés aux requins financiers, que pouvions-nous attendre d’autre ? Eh bien, ces financiers sans scrupules ont fait ce qu’ils avaient à faire : s’en mettre plein les poches et s’en aller en laissant derrière eux de lourdes ardoises !

      bonjour Touhami,

      je vais peut etre paraitre naif, mais ne serait-il pas possible de rattraper ces pirates de la finances ? il doit bien y avoir quelqu’un capable de mettre des noms sur ces brigands ? ou si j’ai bonne mémoire, lorsqu’il s’agissait de poursuivre les financiers du terrorisme international, ca n’a pas été trop difficile de les identifier ?

      maintenant, reste à savoir si nos politiques veulent réelement mettre la main sur les bénéficiaires de se " foutoir " .....

      @+

      pat


    • > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
      30 septembre 2008 , par Visiteur
        [Synoptique]
      Touhami, nos dirigeants savent que pour sortir de la “crise”, aujourd’hui et à jamais, il suffit que les gouvernements reprennent le contrôle de l’émission de la monnaie !!! Mais cela, ils ne veulent pas le faire car cela serait le premier pas vers la prospérité pour tous, or la prospérité pour tous est bien ce que les Illuminati ne veulent pas !! On ne peut contrôler, ni soumettre, des peuples bien nourris et prospères !

    • > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
      30 septembre 2008 , par ric
        [Synoptique]

      meme si je suis antiberal,je tire mon chapeau a ces deputés americains.au moins ils sont accords avec eux memes. car cette crise est la résultante d’une gestion calamiteuse ;mais surtout le fait que ce liberalisme exacerbé a permis a l’equipe de bush de faire des profits colossaux.on oublie parfois de le dire. maintenant qu’ils passent a la caisse pour renflouer leurs affaires.

      car la privatisation des profits et la nationalisation des pertes n’est pas acceptable.

      trouver des milliars pour sauver le "veau d’or"alors que plus d’un milliard d’etres humains ne mangent pas a leur faim est scandaleux. quand j’entends sarko expliquer aux banquiers qu’il trouvera des milliars(emprunté) pour sauver leurs banques,alors qu’il n’en trouve pas pour l’assurance maladie,les banlieues,l’assurance vieillesse,cela est inique. endeter l’etat, pour comme disait Marx"naviguer dans les eaux froide de l’egoisme individuel" est meprisable.

      sans compter que cela ne gene pas ces liberos americains d’emprunter de l’argent a ces mechants communistes chinois,et emirats arabes(tiens la les musulmans deviennent utiles).

      par contre, rien pour les expulsés en masses,rien pour les chomeurs ,qui selon la terminologie umpesque ne sont que des branleurs.

      non les citoyens du monde doivent s’unir et lutter contre cette "racaille" financiere.


    fil: > Crise financière : le hold up du siècle
    29 septembre 2008 , par Visiteur   [Synoptique]

    « ...Tout va très bien, tout va très bien.
    Pourtant, il faut, il faut que l’on vous dise,
    On déplore un tout petit rien :
    Un incident, une bêtise,
    La mort de votre jument grise,
    Mais, à part cela, Madame la Marquise
    Tout va très bien, tout va très bien... »
    (

    Ray Ventura)

    >>>> Lien


     

    fil: > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    29 septembre 2008 , par Visiteur   [Synoptique]
    Le Plan Paulson rejeté, Wall Street dégringole

     

    fil: > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    29 septembre 2008 , par Vadem   [Synoptique]

    N’ayez pas peur la Banque centrale européenne va s’occuper de tout,(et surtout de vos économies et de votre épargne).

    N’ayez pas peur la France va désormais être complètement gérer par Bruxelles, il n’y a plus aucun souci à se faire, les banquiers maitrisent, vos salaires vont être fixés directement selon les critères des traités de Maastrich, Amsterdam, Nice et Lisbonne.

    Nous entrons dans une nouvelle phase historique, une nouvelle ère de l’Europe, le gouvernement français et Sarkozy ne font plus que de la figuration et transettent aux Français les ordres de Bruxelles.


     

    fil: > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    29 septembre 2008 , par Visiteur   [Synoptique]
    """"""""LA SANTE """""""""" rue de la sante PARIS 13me

     

    fil: > Le capitalisme est mort ; vive le « capitalsocialisme » !
    29 septembre 2008 , par pach   [Synoptique]
    "S’appeler mouloud" et être plaignant en France, =coupable.S’appelerJean face à "Mouloud"=victime indemniser.
    PARIS - Le conseiller général UMP des Hauts-de-Seine, Jean Sarkozy, a été relaxé lundi par le tribunal correctionnel de Paris qui le jugeait pour "délit de fuite". En revanche, le plaignant a été condamné à verser 2.000 euros de dommages et intérêts au fils cadet du président de la République pour "procédure abusive". "Je savais que la justice était inégale, mais de là à se faire condamner à 2.000 euros pour procédure abusive, c’est surréaliste !", a réagi M’Hamed Bellouti, très abattu. "Je savais qu’il était au-dessus des lois, Jean Sarkozy, mais à ce point... C’est inquiétant pour la Justice et pour la République", a-t-il ajouté, expliquant qu’il réfléchissait à faire appel. "On n’a jamais fait dire autre chose que de dire que c’est un dossier vide", a souligné pour sa part Me Thierry Herzog, l’avocat de la famille Sarkozy. "La justice a fait ce qu’elle devait faire, la justice est la même pour tous", a-t-il ajouté en estimant qu’on "ne peut pas accuser de manière téméraire". Le 10 octobre 2005, M. Bellouti se faisait emboutir sa voiture place de la Concorde par un scooter qui prenait la fuite. Il notait l’immatriculation du deux-roues, avant de contacter son assureur

    Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

    Ajouter un commentaire

    Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.