http://malicia13.e-monsite.com VENAIT VOUS NE SERAIT PAS DECUS

LE MINOTAURE DANS LA MYTHOLOGIE

L'HISTOIRE DU MINOTAURE DANS LA MYTHOLOGIE

L'HISTOIRE DU MINOTAURE DANS LA MYTHOLOGIE
Pasiphaé, fille d'Hélios, le Soleil, et de l'Océanide Perséis épousera Minos et lui donnera plusieurs enfants. Poséidon lui infligera une violente passion pour le taureau afin de punir Minos qui avait négligé de lui sacrifier l'animal. Dédale fabriquera une vache de bois dans laquelle Pasiphaé prendra place pour s'unir au taureau.
donc ne vous étonnez pas si vous tombez sur d'autre version? car il y en a plusieurs et volà dans se qui me semble le plus plausible sa..................COMPAGNE

J'AI DONC REVUS L'EXPLICATION DU MINOTAURE MAIS JE SUIS AU REGRET DE VOUS DIRE QUE JE NE PEUX INVENTER SE QUE L'HISTOIRE NE DIT PAS! J'Y EST DONC RAJOUTER DES TEXTE MAIS VOUS ALLEZ VOUS RENDRE COMPTE QUE CEST UN CERCLE QUI REVIENT TOUJOURS A SON POINS DE DEPART! UNE DIZAINE D'HISTOIRE QUI NE DIFFERE PAS CAR LES NOM SON LES MÊME ET L'HISTOIRE SI ELLE N'EST PAS RACONTE PAREIL DIT EXACTEMENT LA MÊME CHOSE

Égée, roi d'Athènes, n'a pas eu d'enfant avec ses différentes épouses et souhaite un fils. Il consulte l'oracle de Delphes afin de mettre un terme à sa stérilité. La Pythie lui parle en ces termes :

« Tu ne dois en aucun cas délier le col de ton outre gonflée de vin avant d'avoir atteint le plus haut degré d'Athènes. »

Devant ces paroles énigmatiques, Égée se rend chez Médée, la magicienne de Colchide, et contre une protection, elle promet de lui trouver une femme. Sous l'enchantement, Éthra , la fille du roi Pitthée de Trézène, s'éprend d'Égée. Après l'étreinte, la jeune femme se réfugie dans l'île de Sphaéra où elle s'unit au dieu Poséidon. Doublement honorée cette nuit-là, elle mit au monde un fils, Thésée.


Thésée affronte le taureau de Marathon, lécythe à fond blanc du peintre d'Édimbourg, v. 500 av. J.-C., Musée national archéologique d'AthènesÉgée, qui doit repartir pour Athènes, n'assista pas à sa naissance mais il recommande à Éthra de l'élever selon les normes de son rang. Il dépose, sous un rocher, une épée et des sandales d'or, insignes royaux qui lui dévoileraient le secret de sa naissance le jour où il pourrait soulever la roche. Enfant précoce et vigoureux, Thésée a aussi reçu en partage la séduction, la ruse et le courage. Émerveillée par tant de dons, sa mère le conduit devant le rocher : il le soulève facilement et comprend son identité royale. Il ignore cependant encore sa filiation avec Poséidon, le maître des demeures marines. Thésée prend la route vers Athènes ; en chemin, il tue, entre autres, Périphétès, Procuste, Sciron, Cercyon, la laie de Crommyon et Sinis, des brigands qui s'en prenaient aux voyageurs.

Lorsque Thésée arrive à Athènes, il ne révèle pas immédiatement sa véritable identité. Égée qui l'accueille éprouve quelques soupçons à l'égard de l'étranger tandis que sa femme Médée essaie de le faire tuer en lui demandant de capturer le taureau de Marathon.

Sur le chemin de Marathon, Thésée s'abrite de l'orage dans la cabane d'une vieille femme, Hécale. Elle promet de faire un sacrifice à Zeus si Thésée parvient à capturer le taureau. C'est ce qui se produit, mais à son retour, il trouve la vieille femme morte. En son honneur, Thésée donne son nom à l'un des dèmes de l'Attique, faisant d'une certaine manière de ses habitants les enfants adoptifs de la défunte.

De retour en vainqueur du taureau à Athènes, Thésée est victime d'une tentative d'empoisonnement par la reine, mais au dernier moment, il est reconnu à ses sandales, son bouclier et son épée par Égée qui écarte le vin empoisonné. Thésée partage dès lors avec lui le gouvernement de la cité. Athènes vit un drame : depuis la mort de son fils et sa victoire sur les Athéniens, Minos, roi de Crète, exige que la ville lui envoie un tribut de sept jeunes gens et de sept jeunes filles qu'il donne en pâture au Minotaure. Thésée décide de mettre fin à ce carnage et se rend en Crète avec les jeunes victimes afin de tuer le monstre.

Minos se moque de ce jeune homme qui prétend entrer dans le labyrinthe de Dédale, exterminer le monstre et en ressortir sain et sauf. C'est ne pas tenir compte de sa propre fille, Ariane qui est tombée amoureuse de Thésée et va lui donner une pelote de fil pour lui permettre de retrouver la sortie. Il abat le monstre avec sa massue de cuir, ressort du labyrinthe et se sauve en mer avec ses compagnons, Ariane et sa sœur, Phèdre. À Naxos (ou plus vraisemblablement Dia), il « oublie » Ariane endormie (de peur de créer une guerre contre Minos fils de Zeus et d'Europe) et continue sa route vers Athènes sans elle. Égée attend du haut d'un promontoire le retour du bateau et guette la couleur des voiles : selon un accord passé avec son fils, elles seront blanches en cas de victoire. Mais Thésée a « oublié » de les changer et les voyant noires, Égée se jette dans la mer qui désormais, porte son nom.

Après ce tragique événement, Thésée devient le roi d'Athènes et épouse Antiope, reine des Amazones. Ensemble, ils ont un fils Hippolyte. Mais la femme de Thésée meurt en combattant au côté de son mari. Thésée se remarie avec Phèdre, qui se montre cruelle avec Hippolyte (voir Phèdre de Jean Racine).

Selon certains auteurs, il décide de quitter Athènes pour se réfugier sur l'île de Skyros où il finit ses jours en paix.


un monstre de toute invention

un monstre de toute invention
Biographie

Ce dernier, trompé par l'imitation, s'accouplera à Pasiphaé et concevra le Minotaure, à moitié homme et à moitié taureau. Minos demandera à Dédale de construire le Labyrinthe, enchevêtrement souterrain de tunnels et de couloirs qui n'avait qu'une seule entrée, pour cacher ce monstre.

Le Minotaure, installé au centre, sera nourri de la chair humaine. Dédale fabriquera, avec l'aide d'Ariane, le fil qui permettra à Thésée de s'échapper du Labyrinthe après la mort du Minotaure. Minos enfermera Dédale et son fils Icare, qu'il avait eu de l'une de ses esclaves, pour le punir de sa trahison. Dédale et son fils décideront de s'échapper en s'envolant avec des ailes construites avec de la cire et des plumes. Il conseillera à Icare de ne voler ni trop haut, de peur que la chaleur du soleil ne fasse fondre la cire, ni trop bas, afin que les embruns de la mer n'alourdissent les plumes. Ils se dirigeront vers le Nord-Est, laissant derrière eux Paros, Samos et Délos pour atteindre le détroit qui sépare les Sporades de la côte ionienne, en Asie Mineure. Icare tentera de s'approcher du soleil et sera précipité dans la mer qui porte son nom. Dédale atterrira sur l'île qui porte depuis le nom d'Icaria. Il enterrera son fils sous le regard d'une perdrix.

plusieurs histoires mais un minotaure

plusieurs histoires mais un minotaure
Selon une légende différente, Pasiphaé libérera Dédale du Labyrinthe. Ce dernier construira un navire et inventera la première voile. Il se réfugiera à Camicos en Sicile, à la cour de Cocalos, roi des Sicanes. Minos, parti à sa recherche, demandera à tous les rois de l'Ouest comment enfiler un coquillage en spirale. Cocalos, qui reviendra avec le coquillage enfilé, dévoilera malgré lui le lieu de cachette de Dédale. Ce dernier était le seul à pouvoir résoudre un tel problème. Il percera un trou au sommet du coquillage et attachera le fil à une fourmi qui ressortira naturellement par l'orifice principal. Cocalos refusera de livrer Dédale qui lui avait construit une cité inexpugnable. Il invitera Minos, qui assiégeait la ville, à un banquet afin de lui livrer l'homme qu'il désirait. Minos sera convié à prendre un bain en compagnie des trois filles du roi.

Dédale, qui avait équipé la baignoire de tuyaux, fera passer un torrent d'eau bouillante qui provoquera la mort de Minos. Selon une tradition différente, Cocalos sera tué dans la bataille contre les troupes de Minos. Lassée des aventures amoureuses de son mari, Pasiphaé, apparentée par son père Hélios aux magiciennes Circé et Médée, lui fera boire une drogue. Le breuvage entrainera la mort toutes les femmes à qui Minos s'unissait, en leur transmettant un poison violent. Procris le guérira et recevra, en récompense, chien et un javelot magiques. Deucalion succédera à Minos sur le trône de Crète. Ce dernier, qui avait reçu des lois de la main de Zeus, deviendra juge aux Enfers, avec son frère Rhadamanthe.

AUTRE

Thésée semble marqué par le « trop tôt » et la facilité. Son père n'a pas compris qu'il devait atteindre, avant de le concevoir, le plus haut degré d'Athènes, qu'on peut interpréter comme un accomplissement personnel ou comme l'apogée de la Grèce. Impatient, il préfère s'en remettre à la magie.

Né trop tôt, il est aussi instruit prématurément : sa mère, sous le charme de sa force, ne peut attendre qu'il soit suffisamment « mûr » pour soulever le mystère de ses origines. Aussi, il prend la voie de terre, et non celle de la mer, pour se rendre chez son père et il tue Périphétès sans reconnaître en lui son frère, ce monstre intérieur qu'il aurait dû affronter et non abattre bestialement avec la massue. Ce voyage qui aurait pu être initiatique reste superficiel et stérile.

En mer, Thésée aurait sans doute rencontré son père divin et entrepris un chemin intérieur, qui des profondeurs marines, l'aurait conduit vers la lumière de la connaissance. C'est ignorant de lui-même qu'il arrive devant Égée.

Généreux mais impulsif, Thésée cède une nouvelle fois à la facilité. Sans s'interroger, il accepte l'aide « magique » que lui tend une femme amoureuse. Or, le Minotaure, fils de Pasiphaé et du taureau blanc suscité par Poséidon contre Minos et dompté par Héraclès lors de ses travaux, monstre dévoreur et gardien de la porte, est un autre lui-même. En affrontant seul les épreuves du labyrinthe, en se confrontant à ce double animal, en le tuant avec l'épée magique exposée au dessus du trône du roi Minos. Thésée aurait pu accéder au stade suivant de la connaissance de soi. Mais en ayant recours à la violence et à la ruse, il ressort par la même porte en revenant sur ses pas. Autant dire qu'il régresse définitivement au stade de la bestialité et renonce au chemin vers le père divin, vers la lumière authentique que l'on puise dans l'obscurité des profondeurs.

Thésée, dès lors, se laisse emporter par l'éphémère et « oublie » Ariane qu'il n'a aimée que par intérêt. Quand il entre à Athènes, le cortège qui devrait célébrer ses exploits est funèbre : Égée est mort et la victoire sur lui-même, manquée.

un taureau fou

un taureau fou
Thésée se rendra à Marathon, à l'Est d'Athènes, afin de tuer le taureau furieux qui ravageait le pays. Ulysse l'avait ramené au titre du septième de ses Travaux. Androgée, le fils de Minos, avait succombé en tentant de supprimer le taureau sauvage, à la demande d'Egée. Thésée sera accueilli avec hospitalité par une vieille femme, nommée Hécalé, qui lui promettra d'offrir un sacrifice à Zeus si le jeune homme revenait sain et sauf. Elle décédera avant son retour. Thésée instituera des fêtes locales pour honorer sa mémoire et ramènera l'animal à Athènes avant de le sacrifier à Apollon. Il apprendra alors l'histoire de la mort d'Androgée et l'existence du tribut que Minos, le père du défunt, avait imposé en punition aux Athéniens, après s'être emparé de la cité frappée par la peste.

Les Grecs devaient verser chaque année, tous les neufs ans selon Plutarque, un tribut composé de sept jeunes gens et sept jeunes filles destinés à être donnés en pâture au Minotaure. Thésée, las d'entendre le reproche des Athéniens qui ne comprenaient pas pourquoi le fils du roi était le seul garçon à ne pas participer au tirage au sort qui désignait les victimes, se portera volontaire pour faire partie du prochain contingent. Les auteurs rapportent que les victimes périssaient de faim, égarées dans l'enchevêtrement des couloirs du Labyrinthe, ou dévorées par le Minotaure. Egée demandera à son fils de changer les voiles noires de son navire par des voiles blanches, s'il parvenait à revenir vivant de cette mission.

un bête qui est affreuse

un bête qui est affreuse
Le succès entraînerait la levée définitive du tribut. Thésée affrontera, lors du voyage en direction de la Crête, Minos qui tentait de violer la fille d'Alcathoos, roi de Mégare. Les deux hommes, qui se traitaient de bâtard, prouveront leur ascendance divine. Minos demandera à son père, Zeus, d'envoyer un éclair dans le ciel bleu. Thésée retrouvera un anneau d'or que Minos avait jeté dans le royaume de Poséidon. Amphitrite, la femme de ce dernier, offrira au héros une couronne d'or qu'il portera lorsqu'il remettra l'anneau à Minos. Thésée, qui avait offert un sacrifice à Apollon avant d'embarquer et demander à Aphrodite de lui accorder sa protection, séduira Ariane, la fille de Minos. Il lui demandera comment sortir vivant du Labyrinthe. Cette dernière apprendra de Dédale qu'il suffisait d'attacher un fil à l'entrée puis de le suivre pour ressortir. Elle confiera à Thésée, qui promettra de l'épouser, une pelote de fil et une épée.

Thésée laissera ses compagnons à proximité de l'entrée du Labyrinthe et ira défier le Minotaure, en laissant derrière lui le fil qui devait permettre de regagner la sortie. Il rapportera la dépouille du monstre et le groupe, accompagné d'Ariane, s'enfuira sur un navire après avoir sabordé la flotte qui mouillait dans le port. Les fugitifs feront escale sur l'île de Dia (Naxos) et repartiront en abandonnant Ariane. Thésée, amoureux d'Aeglé, la fille de Panopée, ne pouvait respecter ses engagements. Dionysos enlèvera Ariane sur son char merveilleux pour faire d'elle son épouse divine. Les Athéniens inventeront une danse sinueuse, en souvenir de leurs aventures dans le Labyrinthe, lors de leur escale à Délos.

MODIFICATION SUR LES DIRES DE LA BÊTE

La bataille entre Thésée et le Minotaure est un sujet fréquent dans l'art antique, particulièrement sur la céramique, mais aussi dans la statuaire avec le groupe de Thésée combattant le Minotaure dû à Myron. Les arts plastiques occidentaux s'en sont aussi fait l'écho, avec Rodin, Minotaure, Picasso, Thésée tuant le Minotaure, ou René Iché, Minotaure, ou Thésée tuant le Minotaure.

La littérature s'est aussi emparée du sujet, faisant de la recherche du Minotaure au fond du labyrinthe une épreuve initiatique visant à détruire le monstre bestial qui se cache en chacun de nous. Borges, dans sa nouvelle la Demeure d'Astérion (in l'Aleph), revisite le mythe en faisant du Minotaure un être innocent quoique apparaissant quelque peu monstrueux et se laissant tuer par un Thésée relégué au rang de personnage secondaire, décrit dans le monologue du Minotaure comme un sauveur venu le délivrer.

Friedrich Dürrenmatt a lui aussi réécrit le mythe du Minotaure, en en faisant une parodie, dans la Ballade du Minotaure. Dürrenmatt a inversé les caractères des personnages, faisant de Thésée un assassin et décrivant le Minotaure comme un être doux, solitaire, sensible.

gardien du labyrinthe voici l'entrée

gardien du labyrinthe voici l'entrée
De son vrai nom Astérios, le Minotaure vient du grec "Minôtauros" qui signifie "le taureau de Minos"

Le Minotaure est le fils de Pasiphaé et d'un taureau envoyé par Poséidon à Minos. De cette union contre nature, Pasiphaé demanda à Dédale de lui construire une vache en bois recouverte de cuir dans laquelle elle se glissa pour s'accoupler avec le taureau. Le Minotaure naquit et portera les stigmates (marques) de sa naissance. Il est le petit-fils d'Hélios. Son beau-père est Minos.

Ses caractéristiques physiques Ses attributs et ses pouvoirs
C'est un monstre fabuleux vivant en Crète, au corps d'homme et à la tête de taureau. Le Minotaure n'a aucun pouvoir particulier, si ce n'est une tête de taureau qui signifie la force.
Son anecdote

Selon la légende, le Minotaure ne se nourrissait que de chair humaine. Tous les neuf ans il recevait quatorze jeunes de la cité d'Athènes (sept garçons et sept filles) pour les dévorer. Un jeune Athénien, Thésée, venu à Cnossos en bateau pour y être sacrifié, mit fin au règne au règne sanguinaire du monstre en le tuant à mains nues, avec l'aide d'Ariane, qui lui donna un fil dont il se servit pour ne pas s'égarer et sortir du Labyrinthe.

On situe en Crète, sur l'île du roi Minos, le labyrinthe du Minotaure construit par Dédale ; c'est en effet sur l'ordre de ce roi qu'il fut construit, afin d'y faire enfermer la créature monstrueuse née des amours de la reine Pasiphaé et d'un taureau. Étymologiquement, le mot dériverait du terme « labrys » qui désigne une hache, plus exactement une double hache comme celles dont on a retrouvé des reproductions gravées dans la pierre à Cnossos. Les recherches archéologiques faites en Crète sur les palais minoens, notamment celui de Cnossos, révèlent effectivement des constructions étendues, dont le plan d'ensemble est complexe. Le mythe du Labyrinthe pourrait n'être qu'une transposition de cette complexité architecturale.
Par métonymie on appelle dédale, du nom du constructeur légendaire du labyrinthe crétois, tout lieu où l'on risque de s'égarer en raison de la complication des tours et détours et, abstraitement, tout ensemble de choses embrouillées et confuses ; de sorte que les deux mots labyrinthe et dédale sont pratiquement synonymes.


D'après la légende, seules trois personnes ont réussi à sortir du Labyrinthe: Dédale, Icare et Thésée.
Comme toujours, les variantes du mythe sont nombreuses : selon les versions, Dédale et son fils Icare ont été enfermés par Minos lui-même : le commanditaire de l’ouvrage voulait être certain que son créateur n’en éventerait pas les plans. Or, la conception était tellement parfaite que l’architecte lui-même était bien incapable d’en trouver la sortie. Pour d'autres, il fut puni pour avoir donné l'idée du fil à Ariane. Dans tous les cas, il dut recourir à un ingénieux stratagème : fuir par les airs, en s’envolant grâce à des ailes faites de plumes collées avec de la cire.
La troisième personne sortie du Labyrinthe est Thésée : venu en Crète pour tuer le monstre, il rencontre Ariane, fille de Minos, qui s’éprend de lui ; aussi lui donne-t-elle, avant qu'il pénètre dans le monument où il doit se perdre, une pelote de fil qu’il déroulera derrière lui au fur et à mesure qu’il avance dans les galeries : cette ruse doit lui permettre de retrouver son chemin, une fois sa mission accomplie (le fameux « fil d'Ariane »).
Ainsi dans le mythe grec, Thésée incarne le courage et la force : c'est lui qui affronte et terrasse le minotaure, tandis qu'Ariane incarne la finesse et l'intelligence.
Après avoir fui la Crète, Thésée arrivant à Délos inventa une danse en rond « sur une combinaison de mouvements alternatifs et circulaires »[8], les uns derrière les autres, autour de l'autel d'Apollon. Cette danse évoquait le fil d'Ariane, les détours du labyrinthe... Elle fut dansée pendant de très nombreuses années sur l'île de Délos et à Athènes.

Le mythe du labyrinthe est une double représentation de l’Homme et de sa condition : il représente l’Homme obscur à lui-même, qui se perd en essayant de se connaître. Il symbolise l’âme humaine dans toute sa complexité, au plus intime d'elle-même renfermant le mal (ainsi peut s'interpréter l'image de la créature monstrueuse qu'est le minotaure enfermé au cœur du labyrinthe).
Le labyrinthe représente aussi l’Homme face à l’univers : perdu, ne sachant d’où il vient, où il est, où il va, et cherchant à sortir de cet état, c’est-à-dire à trouver des réponses aux questions qu'il se pose.
Le labyrinthe est ainsi une métaphore sur le sens de la vie : l'envol de Dédale et Icare peut symboliser l’élévation de l’esprit vers la connaissance ou celle de l’âme vers la spiritualité , qui permet de sortir de l’enfermement et de l'absurdité de la condition humaine.

La légende grecque reprend quelques aspects du mystère égyptien : la mort, la possibilité d'égarement, le fil conducteur et la notion de non-retour. Mais la comparaison s'arrête là. En effet, autant pour les Égyptiens, le plus important était d'atteindre le centre, autant pour les Grecs, il importait de revenir.
MODIFICATION SUR LE LABYRINTHE

On trouve un des plus petits labyrinthes d'église à la cathédrale de Lucques en Italie (voir illustration). Il est gravé sur le mur, et mesure environ 50 cm de large. Les fidèles suivaient le parcours du doigt : c'est un labyrinthe digital. À l'intérieur, on reconnaît — quoique difficilement — les figures usées de Thésée et du Minotaure gravées au centre. L'inscription dit « Ceci est un labyrinthe que bâtit le Crétois Dédale, et duquel nul y étant entré n'en ressortit sauf Thésée ; encore ne l'aurait-il pu sans Ariane, qui l'aida par amour ».


Mouvement de destructions
À la fin du Moyen Âge, le labyrinthe devient synonyme de mal : il est le lieu maudit de la luxure, du péché, de la perdition et de l'errance. À partir du XIVe siècle, les hommes d'églises vont procéder à l'effacement des labyrinthes dessinés sur le sol. Ceux qui ne peuvent être détruits sont détournés en jeux totalement dérisoires ou sont cachés sous des tapis. En 1538, un arrêt du Parlement de Paris interdit encore ces dessins. Au XVIIIe siècle, on détruit ceux de la cathédrale de Sens, de Poitiers, d'Auxerre, d'Arras et d'Amiens (en 1825). Un labyrinthe se trouve dans les ruines de l'abbaye Saint-Bertin, à Saint-Omer.
Le labyrinthe de la cathédrale de Reims est ainsi détruit en 1779 à cause du bruit généré par les jeunes fidèles qui s'amusaient de ces dédales pendant les offices. Celui-ci, appelé le labyrinthe de Salomon, était le signe de l'existence indéfinie et de la mutabilité de la matière. Ce mouvement de destruction massive est suivi dans tous les autres pays chrétiens, car les labyrinthes représentaient une concession impardonnable au paganisme. Seuls subsistent encore aujourd'hui ceux de Saint-Quentin, Bayeux et Chartres (d'autres ont été reconstruits par la suite) .


Presque tous les folios du Livre de Kells comprennent au moins de petites enluminures telles que cette initiale décorée.Certaines enluminures labyrinthiques ont par ailleurs été remarquées dans quelques manuscrits religieux, comme le Livre de Kells, réalisé par des moines celtes vers l’an 800.




le plus plausible

le plus plausible
et le plus tortueuxLe plus connu des labyrinthes est celui de Dédale, architecte et inventeur prodigieux de la Crète antique.
du labyrinthe du roi Minos
"On dit qu'en réalité le labyrinthe de Dédale n'était pas une maison souterraine, qu'il n'était ni obscur, ni tortueux, mais un grand ensemble de maisons, de palais et de jardins, dessinés de telle façon que celui qui y pénétrait ne trouvait pas la sortie. (le palais de Minos)

Le problème n'était pas que le labyrinthe fût horrible, le problème était qu'on ne pouvait en sortir. Dédale construisit ce labyrinthe pour le roi Minos de Crète, personnage quasi-légendaire que son nom apparente aux plus anciennes

MODIFICATION

Symbolisme du labyrinthe
Le cercle dans lequel s'inscrit le labyrinthe symbolise l'unité, la perfection : il renvoie à la finitude de la vie. Dans de nombreuses cultures, l'Univers est représenté par une série de cercles concentriques. L'ovale représente en général le féminin, les lignes brisées rappellent les rivières, et les lignes droites, la pluie (l'eau étant le symbole de la vie). Le carré, quant à lui, représente l'Univers ou la Terre, la Création, et la croix centrale, le Cosmos, avec une ligne verticale (symbole de l'esprit masculin) et une ligne horizontale (symbole de la matière féminine), dont le point de rencontre est l'humanité. Le labyrinthe est donc une représentation de la vie même. La spirale peut aussi représenter le devenir : elle implique une vision cyclique de l'histoire, « Tout revient éternellement, mais avec une dimension nouvelle, parfaite contradiction de la ligne, de la conception unilinéaire du temps. ».

Le labyrinthe est aussi un archétype de la Connaissance. Son itinéraire se situe entre les Cornes du Monstre que l'initié doit affronter. Son parcours est un chemin d'épreuves correspondant à l'imagerie symbolique d'un pont à traverser. Ce pont archétypal est dénommé, dans la tradition mazdéenne Pont de Cinvat. Il sépare deux univers selon Henry Corbin. Le passage d'un univers à l'autre s'effectue au prix de cette traversée qui s'accomplit selon des stratégies précises, où rien n'est laissé au hasard, à l'instar de la sortie d'Égypte. Les directives devant mener à la sortie du labyrinthe sont consignées dans les rites et traditions.

Le labyrinthe est également symbole de voyage. Union entre la spirale et la tresse, il représente un voyage différent selon le but recherché : le traverser ou atteindre son centre. Dans le premier cas, l'épreuve est unique (le dernier voyage de l'homme vers la mort, ou le passage vers l'au-delà). Dans le second cas, l'épreuve peut être double, triple... car après avoir atteint le centre, encore faut-il pouvoir ressortir. C'est l'image même de l'individu qui traverse une épreuve (physique, psychologique...), et qui doit sacrifier une partie de lui-même pour survivre. Celui qui a réussi devient un initié ; il entre dans une nouvelle vie (d'où l'importance des rites initiatiques depuis les hommes préhistoriques). Le face à face avec la mort permet à l'individu sa résurrection.

Pour Alain Benoist[28], le thème du labyrinthe associe une construction royale et une promesse non tenue, qu'il s'agisse du roi Minos et du labyrinthe, de la construction des murailles de Troie, ou de la forteresse d'Asgaard... En outre, le thème implique obligatoirement une femme ou une déesse (Hélène pour Troie, Ariane en Crète, ...)

différente sorte de labyrinthe

différente sorte de labyrinthe
un long couloir

MODIFICATION

Il existe 3 types de labyrinthes:

Grec : On ne peut s’égarer dans ce labyrinthe, on va de l’entrée au centre et du centre à la sortie. Au centre se trouve le Minotaure afin de mettre le piment dans l’histoire. On ne sait pas où on va arriver et ce qu’il va se passer. Ce labyrinthe est le labyrinthe classique, il faut donc le fil d’Ariane pour en sortir.

Maniériste : Ce deuxième labyrinthe est déjà plus compliqué. Il n’existe qu’une seule sortie mais on peut se tromper, de plus il y a des impasses.

Rhizome : Le rhizome est infini, chaque chemin peut en croiser un autre, il n’y a pas de sortie, pas de centre et pas d’espace délimité. Le rhizome est flou et donc non défini : conjecture.

Le labyrinthe du roman Le nom de la rose est un labyrinthe maniériste et celui où vit Guillaume est suggéré comme étant un rhizome. Mais les labyrinthes suggérés dans le roman ne sont pas spatiaux, mais mentaux.

A TRES     BIENTOT            MALICIA13

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site